> PROPOSITIONS > UN NOUVEAU CONTRAT DÉMOCRATIQUE

Redresser la France, bâtir un projet de solidarité, c’est tendre à l’égalité pour tous mais également partout. Si la France est riche de la diversité de ses territoires, elle souffre également d’une grande disparité entre ceux-ci, qui vont jusqu’à empêcher nos concitoyens d’accéder aux services de base.

Je veux rétablir l’égalité entre les territoires, préalable nécessaire à l’avènement de la justice sociale.

  •  Réinstaurer un climat de confiance entre les élus et l’Etat et conclure un pacte de modération financière entre les collectivités locales et l’Etat accompagné d’une révision des dotations réorientées vers la réduction des inégalités entre territoires.

    Clarifier les compétences entre les départements et les régions (transports, éducation, économie) et proposer la mutualisation de certains services.
    Rendre aux assemblées locales élues leur autonomie fiscale.
    Laisser aux élus locaux le pouvoir de créer les intercommunalités selon la pertinence géographique et la cohérence des projets.

  •  Développer une péréquation fiscale entre collectivités locales.

    Maintenir les services publics de proximité dans les territoires et les réimplanter là où ils ont disparu.
    Couvrir le plus rapidement possible tout le territoire en très haut débit.

  •  Instaurer une "évaluation citoyenne" des promesses des élus, ouverte aux experts, aux associations et aux citoyens et qui permettrait de faire chaque année le point sur la politique menée par le gouvernement en faveur des banlieues.
  •  Favoriser l’installation de maisons médicales de premiers secours pour maintenir une médecine de proximité.
  •  Redynamiser les territoires ruraux par des politiques cohérentes :

    1) Diversifier les activités, encourager les énergies renouvelables, les nouvelles productions agricoles ou forestières, le télétravail, la promotion du tourisme vert.
    2) Proposer de nouvelles sources de financements aux entreprises : crédits, fonds propres ou systèmes de garantie plus opérationnels.
    3) Offrir un meilleur accès à la commande publique dans le cadre d’un « small business act » à la française.

  •  Lancer un plan « mobilité et numérique » visant à favoriser l’usage des nouvelles technologies en vue de réduire les mobilités (télétravail, transport à la demande, auto-partage, co-voiturage via les smart-phones).

    Réexaminer notre réglementation nationale en matière de transports routiers et agir pour une convergence rapide des normes et des pratiques européennes.
    Rationaliser l’usage des infrastructures routières existantes tout en confortant un maillage diversifié de nos territoires.

  •  Adapter notre politique de sécurité routière aux territoires avec la prise en compte, par les forces de l’ordre, d’une cartographie des risques pour réduire encore le nombre de victimes sur les routes.

    Demander la généralisation des systèmes anti-démarrage en cas d’alcoolémie excessive.
    Promouvoir l’extension de l’implantation de radars pédagogiques.
    Faire enseigner le code de la route au collège.